Bienvenue dans le nouveau site marocoptic.com
10 ans
10 ans
10 ans

Collyres effets indésirables

Collyres effets indésirables

 

On les utilise comme anti-inflammatoires et anti allergiques ( conjonctivites, kératites, uvéites, iritis, épisclérites, suites opératoires ).
L’emploi des corticoïdes locaux est réservé aux spécialistes en raison des risques, après un bilan local. Certaines présentations ne contiennent que le corticoïde, d’autres lui associent un anti infectieux.
Ces collyres sont contre indiqués par un herpès cornéen, un glaucome, une kératite mycosique, une tuberculose oculaire.
Les effets indésirables sont multiples:

Glaucome

Cette complication traduit une élévation des résistances à l’écoulement de l’humeur aqueuse par accumulation de polysaccharides dans le trabéculum uvéoscléral: les corticoïdes en stabilisant les lysosomes, empêchent la libération des enzymes qui normalement catabolisent les polysaccharides. Sa fréquence serait de 1,4%. Un facteur héréditaire prédispose au glaucome cortisonique comme au glaucome primitif à angle ouvert. Tout glucocorticoïde peut provoquer une hypertonie oculaire, ou aggraver un glaucome préexistant  mais le risque est d’autant plus élevé, et les délais d’apparition plus courts, que les propriétés anti-inflammatoires sont plus importantes.
Le glaucome chronique est la forme principale chez l’adulte et chez l’enfant. Habituellement latent il peut se révéler brutalement  par  des symptômes fonctionnels ou une cécité: les délais d’exposition vont de 3 à 4 semaines, en fonction de la nature du  corticoïde et de sa posologie  à plus de 10 ans mais en moyenne ils sont de 6 mois.  La poursuite du traitement rend  ce glaucome irréversible . L’arrêt de la corticothérapie ne donne une régression, en 1 à 4 semaines, que dans 12% des cas: ce glaucome  est sensible au traitement médical, mais toute reprise des corticoïdes le fait réapparaître.

Cataracte

Leur fréquence dépasse 50% dans certaines séries. Elle apparaît à tout âge. La dose et la durée du traitement sont des facteurs favorisants, la durée moyenne étant de l’ordre de 1 an .C’est une cataracte uni ou bilatérale selon les modalités du traitement, d’abord sous capsulaire postérieure puis sous capsulaire antérieure, puis totalisée. Son évolution, après arrêt des corticoïdes est variable : régression très lente mais rare, persistance sans modification ou totalisation.

Complications diverses

Une mydriase spontanément régressive, parfois associée à un ptosis ou à un trouble de réfraction , n’est pas exceptionnelle L’aggravation après quelques jours de traitement d’une infection locale ou d’une mycose, est un risque majeur de ces traitements, contre-indiqués de façon absolue par un herpès cornéen en raison de la survenue d’ulcération. Des sensations de brûlure lors de l’instillation, des amincissements de la cornée, mais après des traitements au long cours, des retards de cicatrisation cornéennes ont été signalés .De très rares cas de syndrome de Cushing ont été rapportés chez l’enfant 

 

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Directeur de Media optique (marocoptic.com)

Articles similaires