Bienvenue dans le nouveau site marocoptic.com
10 ans
10 ans
10 ans

Couverture médicale: Les professions libérales protestent

Couverture médicale
Les professions libérales protestent

 

Les professionnels revendiquent la mise en place d’un régime de couverture médicale et de sécurité sociale.

Au total, 40.000 professionnels marocains actifs dans le secteur des professions libérales ne bénéficient actuellement d’aucune couverture médicale. Ces derniers semblent aujourd’hui décidés à agir pour changer la situation.

Regroupés au sein de l’UNPL (Union nationale des professions libérales), huit syndicats appellent les responsables gouvernementaux à mettre en œuvre les mesures nécessaires pour doter les corps des professions libérales d’un système de sécurité sociale.

Pourtant, plusieurs réunions ont été tenues, notamment avec les responsables du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, dans le but d’examiner le dossier. Les principales revendications de l’UNPL, lors de ces rencontres, se résumaient à l’application de la loi 03-07 et la mise en place d’un régime de couverture médicale et de sécurité sociale propre aux professions libérales.
Ces sessions de travail avec le ministère de tutelle avaient été pratiquement couronnées par des actions et des accords de partenariats. Ainsi, l’UNPL et la MEFP avaient organisé en mars 2008 une journée de réflexion sur la “Couverture sociale des professions libérales”, pour sensibiliser les décideurs sur la pertinence et l’urgence de ce projet.

La rencontre avait abouti alors à l’établissement d’une liste de recommandations visant essentiellement la collaboration entre ces deux institutions concernant la conception et la mise en œuvre d’un régime de couverture sociale propre aux professions libérales. En outre, un colloque national sous le thème “L’avenir de la couverture sociale au Maroc”, avait eu lieu la même année. En marge de cet événement, il a été procédé à la signature d’un accord de partenariat entre le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle et l’Union nationale des professions libérales. Ce dernier avait pour objectif fondamental de développer et de mettre en place un système de couverture sociale propre aux professions libérales et éventuellement élargi aux travailleurs indépendants, et ce par l’échange des informations et des expériences.

Par ailleurs, une journée d’étude a été organisée, fin 2008, dans le cadre du programme de coopération Maroc-France pour la mise en œuvre de la couverture médicale. Placé sous le thème “Extension de la couverture sociale aux travailleurs indépendants”, ce séminaire, qui a été animé par les responsables du Régime social des indépendants (RSI) de France, avait pour objectif de consulter le modèle français en la matière, afin de dégager les contours du futur régime marocain des professions libérales et des indépendants.

A l’issue de cette manifestation, il a été recommandé de constituer un comité de suivi composé des représentants de l’administration, de l’UNPL et des partenaires français. Dans ce sens, une délégation marocaine avait pris part à une mission-stage à Paris, dans le cadre de cette coopération en mai 2009. Aujourd’hui, et en dépit de toutes ces actions, ce dossier s’est retrouvé devant une impasse. C’est d’ailleurs pour cette raison que les huit syndicats des professions libérales, réunis au sein de UNPL, ont décidé de monter au créneau pour dénoncer «leur exclusion de tout système de sécurité sociale et de couverture médicale».

Selon les membres de l’UNPL, la revendication principale se résume actuellement à la mise en place, dans les plus brefs délais, d’un régime de couverture médicale et de sécurité sociale répondant aux attentes particulières des professionnels libéraux, reposant sur le principe de contribution des membres et le bénéfice des ayants droit et de solidarité mutuelle contre les risques relatifs à la maladie, à l’âge et aux accidents de la vie. De même, les professionnels revendiquent un régime obligatoire de couverture médicale et sécurité sociale, en accord avec les lois en vigueur au Maroc, permettant l’adhésion de la totalité des professionnels, dont la bonne gestion est garantie par l’Etat.

«Nous demandons tout juste aux responsables politiques au Maroc de sortir au plus vite les décrets d’application de lois pour permettre aux professionnels libéraux d’avoir une couverture médicale et une sécurité sociale. De telles conditions sont susceptibles d’ailleurs de pousser nos cadres expatriés de rentrer au Maroc», affirme Dr Mohamed Naciri Bennani, secrétaire général de l’Union nationale des professions libérales. Aux dernières nouvelles, les responsables de l’UNPL ont aujourd’hui une réunion à la Primature avec un conseiller du Premier ministre. «Nous demeurons toujours optimistes concernant les résultats de la réunion que nous aurons aujourd’hui à la Primature», conclut Dr Bennani.

Décrets d’application

Pour les professionnels, les références législatives existent déjà avec le code de couverture médicale de base (la loi 65-00) et la loi 03-07 en 2007 relative à l’Assurance-maladie obligatoire de base.
Bien que la loi 65-00 ait clairement stipulé que ses dispositions s’appliquent ‘’aux personnes exerçant une profession libérale”, les professionnels du secteur n’ont pas une couverture médicale. Et pour cause, les textes d’application nécessaires à la mise en place d’un système de couverture sociale font toujours défaut. «Juste après la création de l’UNPL, nous avons choisi de travailler sur ce dossier croyant que la mise en place d’un système de couverture médicale sera facile mais au fur et à mesure, on se rendait compte que la tâche était plus ardue. Pourtant, nous disposons d’un projet ficelé.
Nous ne demandons pas des aides financières mais plutôt un accompagnement dans la concrétisation du projet», explique un membre du bureau de l’UNPL

Le Matin

 

 

 

A propos de l'auteur

Directeur de Media optique (marocoptic.com)

Articles similaires