Bienvenue dans le nouveau site marocoptic.com
10 ans
10 ans
10 ans

Des lunettes pour les élèves nécessiteux

Des lunettes pour les élèves nécessiteux

 

332 enfants ont bénéficié de cette action de solidarité

Le temps pluvieux et orageux de cette matinée du jeudi 5 mars n’a pas empêché, les quelque 332 élèves bénéficiaires de l’opération de distribution des lunettes, de prendre place devant l’école primaire Ahmed Rachidi, sise dans la préfecture de Ben M’sick.
Cette campagne de réfraction ophtalmologique est lancée en coopération avec le ministère de la Santé, la délégation du ministère de l’Education nationale, la préfecture de Ben M’sick et l’association Lion’s Club de Casablanca. Accompagnés de leurs mamans, les petits chérubins et les jeunes collégiens de l’ensemble des arrondissements de Ben M’sick ont fait le déplacement pour récupérer leurs lunettes. Cette manifestation de bienfaisance et d’aide vient après une visite médicale lancée au niveau de tous les établissements scolaires de la préfecture. En collaboration avec des dispensaires sanitaires, une association de médecins s’est portée volontiers de financer et d’encadrer cette action. La première cible était les enfants nécessiteux. Conduit par sa maman, Acheraf âgé de 6ans, en première année primaire, souffre d’une anomalie de vue au niveau de son œil droite. « Mon fils ne pouvait pas suivre les explications du professeur dans la classe. Il ne distinguait pas facilement l’écriture et les leçons écrites sur le tableau.

Et cela avait non seulement des conséquences sur sa scolarité mais crée chez lui l’attitude de vouloir s’isoler, s’enfermer et fuir les autres enfants. Par manque de moyens, je n’ai pas pu lui procurer des paires de lunettes », explique cette jeune mère assez émue. Ce sentiment de grisaille et de faiblesse esquissé dans les paroles de la maman d’Acheraf a disparu une fois qu’elle a échangé quelques phrases avec les autres femmes regroupées sous la toiture de l’école en abri des pluies et savourant les moments d’une discussion interrompue et rythmée par la voix du chargé des affaires sociales au sein de la préfecture qui appelait à tour de rôle les enfants. Cette liste des noms a été établie auparavant. En fait, à chaque nom et prénom d’élève correspond un numéro. Ce même numéro est inscrit sur la pochette des lunettes. Soigneusement classés, les paires de lunettes sont testées une fois que l’enfant les reçoit. « Si la totalité présente des élèves ont reçu leurs lunettes, d’autres absents, empêchés par la coïncidence de l’opération avec des moments de classe, ou par autre chose, récupéreront des mains du directeur de leurs établissements leurs lunettes », affirme un responsable de l’opération. Cependant, d’autres élèves moins chanceux n’ont pas pu bénéficier de cet acte de bénévolat.

« Ces enfants exclus n’étaient pas présents lors de la visite médicale ou bien leur maladie s’est développée et nécessite une opération chirurgicale », explique un autre responsable. C’est le cas de ce petit qui s’est absenté depuis 5 jours . Le mal dont souffre ses yeux s’est développé. Désormais, il lui faut, selon le chargé médical, une opération. Heureusement, le directeur de l’école a rassuré sa maman. « Une autre action va être lancée les 12 et 14 de ce même mois et ton fils pourra en bénéficier », lui a-t-il confié. Il est à noter que le Lion’s Club de Casablanca, association chargée de cette action, a procédé, lors d’une précédente opération à la distribution de 270 paires de lunettes à des élèves du primaire relevant d’établissements scolaires de l’Arrondissement de Sbata. Ces opérations caritatives qui se déroulent en collaboration avec les services sociaux des arrondissements et la délégation du ministère de l’Education nationale, bénéficient également du soutien du comité de l’INDH. En effet, la plupart des enfants bénéficiaires sont issus de quartiers ciblés par l’INDH.

La cécité chez l’enfant

La cécité de l’enfant comprend un groupe de maladies et de syndromes se produisant dans l’enfance ou l’adolescence qui, non traités, auront pour conséquence la cécité ou des déficiences visuelles susceptibles d’être irréversibles. Les causes principales de la cécité de l’enfant varient considérablement d’une région à l’autre, car elles sont en grande partie déterminées par le développement socio-économique et la disponibilité des soins de santé primaires et des soins oculaires. Dans des pays à hauts revenus, les lésions du nerf optique et des voies optiques rétro-chiasmatiques prédominent comme cause de cécité. Alors que les opacités cornéennes secondaires à la rougeole, à la carence en vitamine A, aux pratiques traditionnelles inadaptées, à la conjonctivite néonatale et la cataracte rubéolique sont les causes principales dans les pays à faibles revenus. La rétinopathie des prématurés est une cause importante dans les pays à revenus intermédiaires. Les affections congénitales, telles que la cataracte, le glaucome et les dystrophies rétiniennes héréditaires, sont retrouvées dans tous les pays.          

  LE MATIN

 

 

 

A propos de l'auteur

Directeur de Media optique (marocoptic.com)

Articles similaires