Bienvenue dans le nouveau site marocoptic.com
10 ans
10 ans
10 ans

La CNOPS, une assurance en bonne santé

La CNOPS, une assurance en bonne santé

 

L’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) a bouclé ses trois ans d’existence. Les premiers fruits viennent de tomber : les résultats de la gestion de la Caisse Nationale des Organismes de Prévoyance Sociale (CNOPS), qui assure les fonctionnaires de l’Etat, sont prometteurs.

“On peut confirmer que la CNOPS est en bonne santé. Après trois ans de gestion de l’AMO, la caisse a enregistré de bonnes performances”, afffirme Abdelaziz Adnane, Directeur général de la CNOPS, lors de sa conférence de presse tenue mardi.

Performances

En effet, les ressources de la Caisse sont passées 1, 4 milliard de Dh (MMDH) à 3,2 milliard de Dh, soit un accroissement de 129% en l’espace de trois ans, a-t-il révélé lors de la conférence, en présence du Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Jamal Aghmani, consacrée à la présentation d’un bilan d’étape de la gestion de l’AMO.

3,2 millions

La population assurée par la Caisse Nationale des Organismes de Prévoyance Sociale (CNOPS) s’élève à 3,2 millions de personnes.

“Aujourd’hui la caisse a une visibilité jusqu’en 2014 voire 2016. Cela veut dire qu’on ne va pas revenir vers l’Etat en lui demandant une augmentation des cotisations.” Abdelaziz Adnane.

Autre élément clé qui justifie la bonne santé de la caisse : les versements faits au profit des prestataires et des assurés, et qui dépassent 5,75 MMDH. “Pratiquement la CNOPS est le deuxième investisseur dans le secteur de la santé après l’Etat”, explique M. Adnane. “Ces chiffres dénotent de la bonne santé financière de la CNOPS. Donc on peut tenir nos engagements, aujourd’hui la caisse n’a pas de problèmes de liquidité ou de fonds”, dit-il.

Contraintes

Certains problèmes existent cependant : “Actuellement on a des problèmes de procédures qu’on est en train de simplifier”, révèle M. Adnane qui souligne également les contraintes autour de la vieillesse de la population assurée, le programme du départ volontaire, la stratégie de recrutement dans le secteur public et le coût élevé des médicaments. Ce coût constitue 47 % de la dépense globale de la Caisse.

Par ailleurs, le Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Jamal Aghmani a révélé que son département prévoit la généralisation de l’AMO à d’autres catégories, notamment les étudiants de l’enseignement supérieur et les professions libérales. 

Par ailleurs, la caisse compte s’attaquer à un autre dossier : il s’agit de réussir le Régime d’assistance médicale (Ramed). Lancé dans une première étape pilote à Tadla-Azilal avant sa généralisation sur l’ensemble des régions du Royaume, le Ramed est destiné aux personnes nécessiteuses qui ne sont pas éligibles au régime de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) ou autre.

 

 

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Directeur de Media optique (marocoptic.com)

Articles similaires