Bienvenue dans le nouveau site marocoptic.com
10 ans
10 ans
10 ans

La vie reprend son cours normal pour les opticiens tunisiens

La vie reprend son cours normal pour les opticiens tunisiens

 

Après plusieurs jours d’émeutes et la chute du président Ben Ali, la quasi-totalité des opticiens tunisiens ont rouvert boutique cette semaine. Selon nos informations, le secteur de l’optique a été relativement épargné dans ce pays en état d’urgence depuis le 14 janvier. Une incertitude pèse cependant sur la tenue du salon Visual Expo, qui doit se dérouler du 4 au 6 février à Hammamet.

Moins de 2% des magasins d’optique touchés

« La situation est loin d’être dramatique. Sur les 800 magasins d’optique que compte la Tunisie, seule une petite quinzaine a été vandalisée, avec leur vitrine brisée. Deux ou trois, qui n’avaient pas pris la précaution de vider leur point de vente, ont été dévalisés » nous a expliqué Enis Denguezli, trésorier du syndicat des opticiens de Sousse et créateur du groupe Opticiens et Optométristes en Tunisie sur Facebook. Une caisse de soutien sera mise en place pour les quelques opticiens qui ne pourront pas reprendre leur activité. « Ceci se fera par des aides matérielles, et par le soutien des fournisseurs qui retarderont leurs échéances de paiement » explique l’opticien.
La plupart de vos confrères tunisiens ont anticipé le risque de soulèvement et avaient pris la précaution d’enlever les montures, solaires et machines de leur magasin. Après 3 jours de fermeture, 90% d’entre eux ont rouvert lundi dernier, avec une clientèle au rendez-vous. « Les ventes ont repris tout de suite, et cette semaine, nous avons livré les équipements commandés avant les évènements. Le couvre-feu a été assoupli, nous restons ouvert désormais jusqu’à 17h, contre 15 heures en début de semaine. La situation est presque normale » se réjouit Enis Denguezli.

Les commerçants soulagés

Malgré les tensions politiques, l’opticien ne craint pas pour la suite de son activité et assure que « la population est très contente ». « A Sousse, les gens vont au café, se promènent. Ce qui s’est passé est une bonne chose » assure ce professionnel qui a subi lui aussi les désagréments du régime du président déchu Ben Ali. « Les commerçants avaient trop de limitations, nous avions beaucoup de retards de livraison, à cause des douanes qui gardaient parfois la marchandise plusieurs mois ». Les évènements pourraient cependant perturber l’organisation du salon de l’optique tunisien, Visual Expo, qui doit s’ouvrir dans une quinzaine de jours. « Sur le principe, le rendez-vous est maintenu. Les exposants attendent leurs livraisons. Mais il est possible que, si celles-ci n’arrivent pas à temps, le salon doive être annulé ».

Notons que, si le secteur de l’optique a été relativement préservé, il n’en est pas de même pour l’économie tunisienne en général. Selon le ministre de l’Intérieur Ahmed Friaa, la facture des récentes violences se monte à 1,6 milliard d’euros, soit 4% du PIB du pays.

Acuité

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Directeur de Media optique (marocoptic.com)

Articles similaires