Bienvenue dans le nouveau site marocoptic.com
10 ans
10 ans
10 ans

Les opticiens tunisiens réclament une révision du cahier des charges de leur profession

Les opticiens tunisiens réclament une révision du cahier des charges de leur profession

 

Dans une interview accordée à African Manager, Anis Fekih, président de la Chambre syndicale nationale des opticiens-optométristes en Tunisie, dénonce le malaise de ses confrères : il regrette notamment un « cahier des charges archaïque et des intrus qui menacent le développement d’un secteur assez promoteur jouissant pourtant d’un potentiel énorme et d’une main d’oeuvre qualifiée et compétente ».

Anis Fekih explique que « le secteur perd beaucoup en raison de l’absence d’un cahier de charges régissant le métier. On ne peut rien faire sans avoir ce cahier qui pourrait vraiment booster positivement ce domaine et qui pourrait notifier la légalité de toute action s’inscrivant dans ce contexte », analyse-t-il. Il demande au ministère de la Santé d’accorder « plus d’attention » à la profession. « C’est le temps à mon avis, d’élaborer le cahier des charges qui servira à garantir le développement du secteur. Il faut ouvrer dans ce sens pour mettre les opticiens dans le même contexte que celui des pharmaciens ».
 
Encadrer la concurrence entre opticiens
 
Le président de la Chambre syndicale nationale des opticiens-optométristes réclame ainsi une meilleure reconnaissance de l’optométrie « puisque l’on a constaté une ignorance totale de l’importance de cette profession ». « Il importe d’essayer de protéger ce domaine en multipliant les efforts de façon à mieux combattre le marché parallèle qui a touché fortement notre secteur. La concurrence entre les opticiens eux-mêmes est aussi un obstacle. Pour cela, le respect d’une distance de 150 mètres entre les magasins est obligatoire avec un minimum des moyens qui devraient exister, et ce pour garder une meilleure image de marque vis-à-vis des consommateurs qui deviennent de plus en plus exigeants. La Cnam devrait élever le tarif du bon de remboursement, plafonné à 50 dinars pour avoir un produit de qualité » ajoute-t-il.
 

 

 

A propos de l'auteur

Directeur de Media optique (marocoptic.com)

Articles similaires