Bienvenue dans le nouveau site marocoptic.com
10 ans
10 ans
10 ans

Entretien avec Mme Nawal Kadiri, présidente du syndicat régional de Kenitra

Entretien avec Mme Nawal Kadiri, présidente du syndicat régional de Kenitra

 

Après une longue absence le syndicat régional de Kenitra a repris ses activités, qu’est ce qui a motivé cette reprise ?

Tout d’abord la dégradation des conditions de l’exercice de notre profession, au fil des années l’optique a perdu tout son éclat du fait de la dégradation flagrante du niveau général des opticiens d’une part et des ouvertures illégales qui ont pris une ampleur considérable ces dernières années d’autre part.

Comment les collègues de Kenitra ont-ils accueillis cette décision et comment ont-ils contribué à sa mise en place ?

je dirai qu’au début, les collègues étaient très enthousiastes, nous avons constaté un engouement et une motivation générale, mais malheureusement, beaucoup d’entre eux se sont désistés, seule une minorité est restée fidèle à ses engagements si je puis m’exprimer ainsi.

Il est vrai que ce combat demande beaucoup de temps et de sacrifices, mais je pense personnellement que c’est le prix à payer, rester les bras croisés en attendant que tous nos problèmes soient résolus peu nous couter très cher, il faut donner le maximum pour la défense de la profession sans pour autant négliger le reste.

Je constate aussi malheureusement un manque d’engagement envers le syndicat de la part des opticiens de la région, est-ce dû à un manque de confiance ? Je n’en sais rien ! En tout cas moi et le reste du bureau, nous travaillons pour le bien de tous et afin de défendre notre profession.

Pouvez-vous-nous éclairer sur les difficultés spécifiques à votre région ?

jJe pense personnellement que les problèmes que connais notre région est identique aux autres régions du royaume :

-Prolifération des ouvertures illégales.
-Produits de contrebande qui inondent le marché.
-l’anarchie en ce qui concerne les prix de vente des opticiens, ce qui perturbe le client et dérègle de façon nuisible le marché, sans parler de l’image de la profession.

Quelle est selon vous la meilleure façon de faire face à ces problèmes ?

Les opticiens doivent faire front commun afin de régler tous les problèmes, ils doivent aussi se différencier des charlatans par leur compétence et la qualité de leurs services et prestations.

Nous souhaitons que tous les opticiens de Kenitra fassent bloc commun avec le bureau syndical, c’est en étant solidaires qu’on pourra relever tous les défis et régler tous nos problèmes.

En peu de temps le bureau régional de Kenitra accomplis un immense travail, pouvez-vous nous en parler ?

Notre action consiste tout d’abord à interpeller les autorités compétentes afin qu’ils agissent en faisant respecter la loi, nous adressons des écrits aux autorités dans ce sens ou nous allons à leur rencontre, dans ce combat il ne s’agit pas seulement de défendre la profession, mais aussi de préserver la santé visuelle des citoyens en les protégeant des pratiques malsaines qu’ils subissent du fait de l’anarchie qui règne.

Il est vrai que les autorités concernées nous ouvrent grand leurs portes et sont sensibles à nos demandes et revendications, je profite de cette occasion pour les remercier pour leur sens du devoir, cependant il ne faut pas se leurrer, le chemin est encore long, mais on y arrivera tous ensemble.

Cela se fera aussi avec votre contribution et celle des médias afin de véhiculer notre message.

Nous avons pu bloquer les activités de certaines associations à but lucratifs qui opèrent dans l’illégalité.

Nous avons déposé une plainte contre un opticien (d’une autre ville) qui organise des campagnes illégales dans notre région, l’affaire suit son cours.

Quel est votre programme à court et à long terme ?

Je dirai que le programme est chargé vu le nombre de problèmes que nous connaissons.

Notre objectif est les fermetures de certains bricoleurs, pour cela nous n’hésiterons pas à aller en justice s’il le faut.

Nous voulons aussi impliquer les opticiens de notre ville dans toutes nos démarches.

Nous travaillerons avec tous les acteurs afin d’assainir notre profession, afin de lui redonner son éclat et sa noblesse.

Quel message voudriez-vous passer aux opticiens de Kenitra ?

Notre message est le suivant : le bureau régional de Kenitra est là pour travailler, nous sommes disposé à donner le maximum, mais il faudra que tous les opticiens de la ville se mobilisent à nos côtés, seule notre solidarité pourra venir à bout de nos problèmes.

Les opticiennes ont-ils selon vous la place qu’elles méritent au sein du syndicat ?
Oui énormément, les opticiennes constituent une majorité dans notre profession, mais il y en a toujours qui sont plus investies que d’autres, et cela dans toutes les professions.

Que pensez-vous de la situation générale de la profession ?

Notre profession vit un tournant décisif, nous savons tous que la situation est catastrophique, malheureusement certaines personnes au lieu de mettre la main à la pâte pour contribuer à faire avancer les choses, ne font que critiquer sans jamais agir ou proposer des alternatives, les réseaux sociaux ont hélas amplifié ce phénomène, il est trop facile de critiquer derrière son clavier des personnes qui agissent au quotidien sur le train afin de défendre la profession.
A mon avis, au lieu d’être négatif il faut s’impliquer de façon positive. Il faut aussi que les fournisseurs s’impliquent dans ce combat car leur avenir est lié au notre.

J’espère que dans l’avenir, les opticiens comprendront que ce n’est pas dans leur intérêt de tirer l’optique vers le bas, c’est une profession noble, nous devons travailler la main dans la main pour la défendre.

Propos receuilis par Ouail Ouahi

Source: Numéro 25 de la revue marocoptic.com

 

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Directeur de Media optique (marocoptic.com)

Articles similaires