Bienvenue dans le nouveau site marocoptic.com
10 ans
10 ans
10 ans

Pour une réforme de la CNOPS : Le ras-le-bol est général

Pour une réforme de la CNOPS : Le ras-le-bol est général

 

La CNOPS fait toujours parler d’elle en bien ou en mal, tout dépend de quel côté de la balance on se situe. Mais de l’avis d’un très grand nombre d’adhérents, ce n’est qu’une vitrine trop éclairée qui vise à tromper les citoyens. Il est évident que les gestionnaires de la célèbre Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale, qui en réalité est une caisse qui ne prévient rien du tout et s’il fallait une preuve pour étayer ce que nous avançons, nous ne citerons que les tracas interminables que rencontrent les adhérents de cet organisme quand ils ont besoin d’une prise en charge pour ADL ou quand il s’agit d’être remboursé pour frais engagés ou encore quand les adhérents cherchent à avoir des renseignements sur les retards accusés pour le traitement de leur dossier.

Nous avons reçu d’un lecteur de Rabat la lettre suivante.
Depuis l’entrée en vigueur de l’AMO (Assurance maladie obligatoire) en 2005, la CNOPS s’est vu dotée d’un nouveau directeur bien outillé, intègre et habitué du système financier national. Mais celui-ci, avec toute la volonté qu’il avait pour restructurer ses services et ses procédures, semble avoir pris des décisions quelque peu hâtives voire draconiennes au point d’omettre d’envisager un moyen et une structure de recours pour les adhérents qui rencontrent des difficultés pour recouvrer leurs droits.

A titre d’exemple, il est devenu systématique dans les guichets d’accueil de la CNOPS de ne donner aucun renseignement aux adhérents qui veulent pour des raison «de retard excessif» s’enquérir du devenir de leurs dossiers; ce qu’on appelait avant l’interrogatoire; puisque les chargés d’accueil disent aux adhérents: «le seul moyen de vous renseigner est d’aller dans les bureaux de Poste pour savoir s’il y a un mandat en votre nom, sinon impossible de vous dire quoi que se soit. Il nous est interdit de donner plus de renseignements».La loi, elle, prévoit un délai maximum de remboursement de l’ordre de 3 mois.

Ce qu’il faut que les responsables et les agents de la CNOPS sachent : c’est que parmi les adhérents demandeurs de renseignements, il y a  des malades graves,  chroniques et nécessiteux qui ne cessent de penser s’il est normal qu’ils soient d’un côté obligés d’honorer leurs cotisations (puisqu’elles sont prises à la source pour tous les fonctionnaires et retraités) et d’un autre côté ils n’ont aucune possibilité de bénéficier des services payés dont le plus élémentaire serait un renseignement bien codifié comme il existait avant l’arrivée de cet événement.
C’est pourquoi en tant qu’adhérent lésé, je me considère comme beaucoup d’autres adhérents  pris désormais en otage par les nouvelles méthodes de travail du nouveau directeur de la CNOPS. 

L’on se demande si ce comportement (paie et tais–toi) en est une preuve de la bonne gouvernance basée sur la transparence clamée à tous bords chez nous. Allons Messieurs, soyons sérieux, les temps ont changé, quand vous allez vous y mettre vous aussi ?

Al bayane

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Directeur de Media optique (marocoptic.com)

Articles similaires