Bienvenue dans le nouveau site marocoptic.com
10 ans
10 ans
10 ans

Entretien avec M. Benhammani Directeur général de L’N Optic

Entretien avec  M. Benhammani  Directeur général  de L’N Optic

Tout d’abord je tiens à vous remercier de nous accorder cet entretien, vous avez toujours répondu présent quand il s’agit d’informer les opticiens marocains.

Essilor-LN Optic est devenu en un temps record le leader du marché de l’optique au Maroc, quel est votre secret ?

 

Tout d’abord je voudrai vous remercier pour m’avoir donné l’opportunité de m’exprimer. Je voudrai aussi saluer respectueusement les lecteurs de votre revue Maroc Optique. Le secret réside dans le choix des ressources et la performance des équipes. L’éducation du marché et les offres personnalisées de proximité constitue un avantage certain. Aujourd’hui avec les transferts de technologie on est mesure de produire 90% des Varilux et la totalité des traitements Crizal au Maroc en respectant a 100% les standards Essilor autant sur le design que sur la qualité. C’est une grande avancée qui permet aux porteurs d’obtenir leurs équipements moins chers en 3 à 5 jours au lieu de 15 jours auparavant.

 

Aujourd’hui vous proposez une grande variété de produits dans le marché, peut-on dire qu’actuellement ces produits sont accessibles à toutes les bourses si je puis m’exprimer ainsi ?

En effet nous proposons une gamme étendue de produits qui couvrent l’ensemble des demandes du marché. Tous ces produits sont complémentaires et destinés à satisfaire la demande du porteur à trouver la meilleure solution pour son confort visuel. Par le biais d’une bonne formation sur les produits on offre à l’opticien en tant qu’expert de la vision de nombreuses solutions pour réaliser des équipements personnalisés et satisfaire les besoins des porteurs.

Nous avons ADAPTÉ nos offres en tenant compte du pouvoir d’achats de nos concitoyens tout en préservant le même standard de qualité qu’en Europe.

La gamme de Varilux vendue à Paris et identique en terme de qualité et design à cellle vendue au Maroc avec un prix moins cher qu’en France.

 

Chaque année Essilor lance des nouveaux produits au Maroc, quelles sont les nouveautés en 2018 ?

L’INNOVATION c’est la force d’Essilor. Essilor investit chaque année aux alentours de 250 millions d’euros dans la recherche et développement.

Après le lancement du verre progressif Varilux X Series en 2017 qui est une merveille de Technologie permettant d’optimiser au maximum le confort visuel des porteurs. C’est la renaissance d’un nouveau genre de verres progressifs qui n’a pas d’équivalent aujourd’hui sur le marché. Pour l’année 2018 l’effort de l’innovation se porte sur la protection. Apres le lancement de l’antireflet Crizal Drive qui apporte un meilleur confort visuel dans la conduite de nuit, un nouveau traitement d’une qualité exceptionnelle sera bientôt lancé sur le marché.

 

Essilor a toujours mis la barre très haut en ce qui concerne les services de qualité et de proximité aux opticiens européens, peut-on affirmer aujourd’hui que les mêmes standards sont appliqués au Maroc ?

Merci de m’avoir posé cette question qui permettra d’éclairer vos lecteurs sur le sujet. Lorsque Essilor a décidé d’investir au Maroc ce n’était pas pour faire de la figuration mais d’assumer son rang de N1 mondial.

Chez Essilor tous les verres dans le monde sont fabriqués avec le même standard de qualité. De ce fait le consommateur marocain bénéficie du même standard de qualité qu’un français ou un américain. En plus comme je l’ai expliqué plus haut 90% des verres vendus dans notre pays sont produits localement. Ce qui réduit sensiblement les délais de livraison et le prix pour les porteurs.

 

Vous avez toujours accordé une très grande importance à la formation continue à travers Essilor academy, Vu la demande de plus en plus croissante de la part des opticiens marocains comptez-vous renforcer d’avantage le rôle de cette dernière au Maroc ?

Essilor n’est pas juste un verrier mais un partenaire qui accompagne les opticiens dans leurs expertises au quotidien. Proposer une large gamme de produits n’est une fin en soit,
nous tenons à ce que les opticiens et équipes de ventes soient bien formés pour en faire un bon usage.

Nous avons aujourd’hui renforcé notre équipe d’éducation pour pouvoir former le maximum de Magasins. Nous proposons des formations à plusieurs niveaux afin de satisfaire le maximum des professionnels de la vision Médecin et opticiens. Pour le moment nous priorisons les formations des équipes de ventes magasins pour valoriser les ventes et l’image de l’opticien partenaires.

C’est une sorte d’Essilor Academy à la carte qui s’adapte au besoin du moment dans notre pays. C’est le moyen le plus sûr d’apporter plus de professionnalisme aux équipes de ventes qu’ils puissent tirer cette profession vers le haut.

 

La Fondation Essilor Vision œuvre à améliorer la santé visuelles de millions d’enfants défavorisés dans les quatre coins du globe, qu’en est-il au Maroc ?

Aujourd’hui notre population est sous équipée en port de lunettes. Environs 15% par rapport à 65% en France. Le pouvoir d’achat est le principal frein qui empêche certaines populations démunies d’accéder à la santé visuelle et bénéficier de lunettes à leurs vue.
Cette catégorie de population nécessiteuse n’intéresse économiquement personne et elle est laissée sur la touche.

Essilor en tant que leader dans son domaine a pris l’initiative d’aller partout dans le monde vers cette population de malvoyants nécessiteux qui sont plus de 2 milliards.

Il s’agit souvent d’enfants en âge de scolarité qui souffre de mal voyance. Une paire de lunette conçue par des professionnels de vue pourrait faire basculer la vie de milliers d’enfants de l’échec scolaire à la réussite. La fondation Essilor Fondation For Live a comme mission de s’occuper de cette catégorie de population partout dans le monde. Au niveau Maroc, depuis 3 ans nous avons mené quelques actions à travers des ONG et fondation Mohammed v pour la solidarité.

Nous avons équipé à ce jour environs 3000 enfants. Évidemment c’est peu par rapport aux attentes du moment. Le rythme va s’accélérer pour les années à venir.

Avec le slogan < LUNETTES POUR TOUS> nous comptons doubler d’efforts au Maroc pour corriger la vue du maximum de nos enfants démunis. Pour cette noble mission, nous aurons besoin du concours de l’ensemble des acteurs de la vision.

 

Ces dernières années vous avez contribué de façon significative via plusieurs campagnes d‘affichages et d’autres à la sensibilisation de nos citoyens quant à leur santé visuelle, comptez-vous élargir ces campagnes aux supports audio visuels ?

En effet ces dernières années nous avons communiqué à travers des panneaux d’affichage, bus et radios. Stratégiquement pour cette année nous avons choisis le digital et la radio. La télévision est une éventualité qui pourrait voir le jour dans un avenir proche comme d’autres canaux de communication. Toutes ces initiatives ont pour objectif d’augmenter le trafic en magasins.

 

Pouvez-vous nous dresser un état des lieux du marché de l’optique au Maroc aujourd’hui et comment voyez-vous son évolution dans les années à venir ?

Nous sommes sur un marché low-cost qui n’arrête pas de tirer vers le bas et qui met une bonne partie des acteurs en souffrance. Cependant notre marché est valorisé par la présence de toutes les marques et des opticiens dans l’ensemble jeunes et dynamiques. Par contre au niveau gestion c’est une autre histoire.

Malheureusement une bonne partie des opticiens ont difficilement accès au crédit conventionnel. Ceci se traduit souvent par des soucis de trésorerie.

En tant que fournisseur nous souffrons énormément de cette situation. Si on ne réagit pas aujourd’hui pour mettre de l’ordre dans nos transactions, on risque de le payer trop cher. C’est une menace réelle pour notre existence. Un fournisseur en fonction de ses possibilités accorde des crédits mais jusqu’à une certaines limites.

Le recouvrement est un exercice qui devient de plus en plus pénible et coûteux. L’ensemble des fournisseurs commencent à réagir pour changer cette mauvaise situation.

 

Malheureusement nous constatons l’absence de chiffres et d’études sérieuses concernant le marché de l’optique dans notre pays, que pensez-vous de ce sujet et seriez-vous disposé à contribuer entant que leader du marché à corriger cette lacune ?

Vous avez tout à fait raison de faire ce constat. En dehors des estimations qui varient selon les sources, il n’y a pas de chiffres économiques officiels sur le marché de l’optique au Maroc. En absence d’organisme officiel genre INSEE en France il est difficile d’avoir des chiffres officiels. Il y a le site du haut-commissariat au plan HCP qui peut fournir quelques chiffres. L’équipe Essilor Maroc a déjà pris ce sujet en main et j’espère que dans un avenir proche on aura des chiffres économiques proches de la vérité sur le marché de l’optique au Maroc.

 

Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Je ne veux pas être vu comme donneur de leçons ou quelque chose de genre. Avec mes 43 ans d’expérience dans ce domaine en France et au Maroc, je me permets de donner amicalement quelques conseils et recommandations utiles à nos amis et partenaires opticiens.

Adaptez-vous rapidement aux changements si vous ne voulez pas prendre le dernier wagon et devenir dans quelques années de simples prestataires de service. Tout va vite même dans l’optique. C’est l’une des professions les plus innovantes qui sera de plus en plus ouvertes a de nouveaux acteurs externes.

Propos recueillis par Ouail Ouahi

A propos de l'auteur

Directeur de Media optique (marocoptic.com)

Articles similaires